Communiqués de presse

Les photographes d'agences ne sont pas des journalistes ?!

Notre confrère et adhérent Patrice Masante, photojournaliste (CCIJP n°117040) a appris par ses pairs que les photographes indépendants, ou travaillant en agences, devraient payer pour pouvoir avoir le droit de prendre des photos en qualité de professionnels au concert du groupe IAM le 2 août 2013 au Théâtre de Verdure de Nice, il a voulu en savoir plus.

 

 

Contactant directement l'agence PANDA EVENTS, en charge de l'organisation du concert d'IAM, sur le réseau social Twitter, le photojournaliste a demandé s'il était bien exact que «la presse était invitée à acheter sa place pour couvrir le concert d'IAM». Le compte PANDA EVENTS lui a alors répondu que cette information était bien exacte en ce qui concerne les photographes d'agences de presse et les freelances (indépendants). 

 

Etonné par cette réponse, Patrice Masante a alors expliqué qu'étant détenteur d'une carte de presse, il était bien journaliste. Ce à quoi l'agence PANDA EVENTS lui a répondu que «(son) travail (de photographe d'agence) était de vendre des photos pas de faire un article» et que donc, à ce titre, «il n'avait pas de légitimité  (pour obtenir une accréditation)» 

 

 

 

Voir la capture d'écran réalisée le 25 juillet 2013 à 16h42  : 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette réponse, sans aucune hésitation, émanant d'une agence évènementielle de cette envergure, ne manque pas d'étonner et d'inquiéter les photographes professionnels qu'ils soient indépendants, ou travaillant en agences de presse, car elle représente -encore une fois-une atteinte grave aux statuts, à leurs conditions de travail et à leurs conditions d'existence dans l'économie déjà très fragile de la photographie

 

A l'heure où Madame Aurélie Filippetti, Ministre de la Culture, mandate Francis Brun-Buisson pour mener à bien une mission de réflexion sur la photographie de presse, qui constitue, selon ses propres mots, "un élément majeur de l'information qui traverse, depuis plusieurs années, une crise dont les conséquences pèsent lourdement sur le photojournalisme".  

 

Les photographes professionnels sont en droit de se demander quel avenir s'offre à eux si des organismes, même privés, remettent en cause leur droit à travailler.

 

Car, si le droit de réserve de l'agence PANDA EVENTS sur les accréditations n'est pas remis en cause, ce sont bien ses interprétations et ses déclarations publiques sur un réseau social qui révoltent les photographes professionnels. 

 

Contacté par téléphone par l'organisateur de l'évènement le jeudi 25 juillet 2013 au soir, Patrice Masante s'est vu reprocher de mener « une campagne de dénigrement » sur les réseaux sociaux (voir la capture d'écran réaliséee sur Facebook) pour avoir simplement rendues publiques les déclarations de PANDA EVENTS, alors que par définition, et puisque publiées sur le réseau Twitter, elles l'étaient par nature  !  

 

L'organisateur a alors rappelé au photographe qu'il connaissait la législation et qu'il pouvait accréditer qui il voulait sur une manifestation privée. 

 

Dont acte.

 

En qualité d’association professionnelle chargée de la défense des photographes auteurs et des photojournalistes, l'UPP s'inquiète de ces trop fréquentes atteintes aux conditions d'exercice de la profession de photographe et à la méconnaissance de leurs statuts, et la déconsidération de leur fonction sociétale.

 

Aussi l'UPP invite les photographes à faire preuve de solidarité en refusant de travailler dans de telles conditions.

 

 

Télécharger le communiqué de presse du 26 juillet 2013 au format PDF 

 

 

 

 

Relations presse/médias

Léa-Sarah Goldstein, chargée de communication 

communication@upp-auteurs.fr et/ou 01 42 77 83 73

 

 

 


Catégorie : Communiqués de presse | Date de publication : 26/07/2013


Bookmark and Share

Retour aux actualités

Espace adhérents,
identifiez-vous :



mot de passe perdu ?

pas encore adhérent ?
logo SAIF
Canon France, partenaire de l'UPP