Actualités de l’ UPP Aquitaine Charente

Lettre d’information du 20 décembre 2012.

 

Bonnes fêtes dans le  monde merveilleux de la photographie……

 

Les choses vont vite avec internet :

Mardi, la presse nous apprenait que Instagram modifiait ses conditions d’utilisation et que à partir du 16 janvier,  les photos des internautes  pourraient être exploitées commercialement par Facebook, sans que les auteurs ne puissent s’y opposer et bien sur sans rémunération :

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2012/12/18/instagram-modifie-en-profondeur-ses-conditions-d-utilisation_1807724_651865.html

http://www.rue89.com/2012/12/18/instagram-affirme-quil-desormais-le-droit-de-vendre-vos-photos-237918

http://www.zdnet.fr/actualites/instagram-facebook-s-octroie-le-droit-de-vendre-les-photos-des-utilisateurs-39785545.htm

 

Tollé sur la toile, appel à boucler ses comptes, boycott  et ….. hier on apprenait la marche arrière de Instagram : 

http://www.liberation.fr/ecrans/2012/12/19/instagram-fait-marche-arriere-sur-la-vente-de-ses-photos_868643

Ne nous y trompons  pas et ne crions pas victoire trop vite: Cette reculade risque d’être purement tactique, le temps d’adapter le discours et, insidieusement, de revenir à la charge pour s’approprier de façon plus sournoise les droits des auteurs…. La preuve que nos photos ont une valeur, puisque les financiers cherchent à nous en dépouiller, et  que tout cet argent virtuel qui circule sur la toile, c’est tellement tentant !

 

Depuis des années, on veut nous faire croire que sur internet, tout est gratuit et doit être gratuit, qu’il faut laisser ses créations en libre accès  pour la culture de tous, et puis,  on a vu apparaitre les licences « Creativ Common » avec cession de droits même pour des utilisation commerciales, comme l’impose  Wikimédia. Maintenant, avec Instagram , les masques tombent et on se rend bien compte que derrière tout ça il y a une stratégie à long terme murement réfléchie par les ténors de l’ économie numérique pour s’approprier les contenus et ….en tirer profit ! 

 

Il est important de communiquer auprès des amateurs sur les dangers potentiels des photos non protégées déposées  sur les réseaux sociaux ou les plateformes de partage qui peuvent être utilisées à des fin commerciales portant ainsi un grave préjudice à l’ensemble de notre profession.

 

 Comment désactiver son compte Instagram :

 http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2012/12/18/fuyons-comment-sauver-vos-photos-hors-dinstagram-et-fermer-votre-compte/

 

 

Comment se fait il que l’on retrouve tant de photos de professionnels chez Fotolia et autres microstocks ? 

Bien sur, au début,  il y a eu les photographes professionnels qui ont cru à la poule aux œufs d’or, qui ont alimenté et….. qui en sont revenus. On a vu dans un excellent documentaire diffusé sur Canal+  il y a 2 ou 3 ans comment des photographes des pays de l’ Est shootaient  10 heures par jour dans leurs appartements transformé en studio, pour espérer toucher de Fotolia  quelques centaines d’euro par mois. 

 

Un confrère vient de trouver une autre source d’approvisionnement pour ces micro-stocks : Les agences traditionnelles elles-mêmes ! Depuis longtemps ces agences diffusent des catalogues de libre de droits à bas cout. Aujourd’hui, certaines ont carrément ouvert leur propre filiale. Tous ces micro-stocks se retrouvent sur un portail bien de chez nous et qui regroupe plus de 80 micro-stocks:   « portail français diffusant les meilleures collections mondiales de photos libres de droits – Images libres de droit à petits prix », d’après l’annonce sur Google. De nombreuses photos sont commercialisées par plusieurs structures, ces agences ayant passé des accords de distribution entre elles.  C’est ainsi que les photographes de l’agence  « Sucré-Salé » ( http://www.photocuisine.eu/  ) spécialisée en gastronomie se sont vu proposer un contrat pour  diffuser leurs photos vieillissante ou d’intérêt soi-disant moindre,  via la filiale libre de droit « So Food »( http://www.sofoodimages.com/ ). Par le jeu de passe-passe entre les distributeurs, chacun prenant sa commission au passage, plus personne ne contrôle plus rien, et  des photographes qui avaient accepté de déposer chez So Food ont eu la surprise de retrouver leurs photos  publiées en presse, signées ……Fotolia, !!!!! 

 

Il semblerait  (à vérifier) que l’agence Bios se livrerait  à un montage similaire, mais  sans avoir  prévenu ses auteurs.…. Si vous avez des infos là-dessus, ou si vous retrouvez vos photos sur un catalogue de micro-stocks merci de nous nous en informer.

 

Pour chercher ses photos, il suffit de tapez dans le moteur de recherche www.graphicobsession.com des mots clé bien définis pouvant correspondre à vos images.

 

Embauche photographe amateur :

A quoi bon faire une école de photo et se retrouver sur le carreau, puisque maintenant, on embauche des photographes amateurs : petite annonce sur le site book.fr, onglet  casting………

 

Concours du magazine Photo, la saga continue : http://www.upp-auteurs.fr/actualites.php?actualite=826 

 

Vers une taxe Google ? : http://www.latribune.fr/technos-medias/medias/20121023trib000726673/-taxe-google-lex-google-philippe-marini-persiste-et-signe.html

 

Vernissage le jeudi 20 décembre à 18 h  de l'U pho #1 /

 Expositions Photographiques, organisée par l'association Cdanslaboite & la Ville de Bordeaux, au CCAS / 74 cours Saint Louis – Bordeaux avec les photographies de : BrutArt, Thomas Déjeammes et  Alain Laboile, 

 

Retrouvez toute l’actualité culturelle photographique en  Gironde sur le site de l'association Cdanslaboite http://www.sortirdelombre.org/ 

 

Toute l’actualité  professionnelle sur le site http://www.upp-auteurs.fr/ 

 

Bonnes fêtes à tous !

 

 

Philippe Roy

 


 

Actualité proposée par UPP Aquitaine Charente | Date de publication : 20/12/2012

 

Bookmark and Share

 

Retour aux actualités de l' UPP Aquitaine Charente

 

Espace adhérents,
identifiez-vous :



mot de passe perdu ?

pas encore adhérent ?
logo SAIF
Media acces